Attentat meurtrier à Bouira

 

Les wilayas de Bouira (sud de la Kabylie) et de Boumerdès (nord-ouest de la Kabylie) ont  été secouées, hier et avant-hier, par deux attentats meurtriers visant, respectivement,  les éléments de l’ANP, en opération de ratissage et deux paisibles citoyens.

Selon l’édition de ce mercredi 11 novembre 2009 d’El Watan, « une bombe de fabrication artisanale a explosé, avant-hier, vers 18h, au lieudit Tararah, 10 km au nord-ouest de la commune de Guerrouma, à la frontière des wilayas de Bouira et de Médéa, blessant cinq militaires et tuant sur le coup deux autres », citant des « sources concordantes ». « L’engin, qui aurait été, selon des informations, actionné à distance, a causé, par ailleurs, des dégâts matériels à un camion de l’ANP », précise encore le Quotidien avant de noter que « les forces combinées sont engagées dans une opération  de ratissage de grande envergure déclenchée il y a de cela une semaine dans les monts de la région de Boukram.»

Dans un second article, le même journal annonce que « deux jeunes bergers ont été blessés dans l’explosion d’une bombe artisanale hier à Sahel Bouberak, un village situé à 8 km à l’ouest de Dellys et à 50 km à l’est de Boumerdès.» Selon les sources d’El Watan, « l’une de ces deux victimes, âgée de 22 ans et qui a sauté sur cet engin, a été amputé d’une jambe, alors que son ami, âgé de 13 ans, a été sévèrement touché au visage. Les deux blessés, qui ont été évacués vers l’hôpital de Dellys, ont été transférés, le premier vers le CHU de Tizi Ouzou, et le deuxième chez un ophtalmologiste pour un avis spécialisé.»

A ce propos, le Quotidien Liberté précise dans son édition de mercredi que « les deux victimes étaient en train de travailler dans un champ de vigne lorsqu’ils ont été surpris par la déflagration. Un des blessés aurait été transporté dans un état grave à l’hôpital de Dellys, où il devait subir une opération, alors que son compagnon légèrement touché a quitté l’hôpital après avoir reçu les premiers soins. Selon nos informations, la bombe avait été entreposée juste devant la clôture du champ de vigne et visait probablement une patrouille militaire.» « Cet attentat intervient une semaine après l’explosion d’une bombe à l’entrée de cap Djenet qui a coûté la vie à un commandant de l’ANP », note le Quotidien Liberté.



Laisser un commentaire

Le parloir de l'Impératrice |
mandarines |
actionsplessisbouchard |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | KOI DE 9 ?
| CGT ICTAM de l'OPH 93
| lephotovoltaique