Week-end sanglant en Kabylie

La région de Kabylie a connu, cette fin de semaine, une intense et sanglante activité subversive islamiste. Ainsi, dans la wilaya de Tizi Ouzou, la presse algérienne de ce dimanche annonce qu’« un attentat terroriste a ciblé, vendredi dernier en fin de journée, des militaires en opération de ratissage à Aït Toudert, dans la région des Ouacifs, à une quarantaine de kilomètres de Tizi Ouzou », comme peut-on lire sur les colonnes du Quotidien El Watan. « Il était environ 18h quand une bombe de fabrication artisanale a explosé au passage d’une patrouille pédestre de l’armée au lieudit Tahachat, un maquis soupçonné de servir encore de lieu de repli aux groupes terroristes activant dans ce versant sud-est de la wilaya de Tizi Ouzou », écrit El Watan avant de préciser que « selon des sources locales, cinq soldats de l’ANP ont été blessés par la déflagration de l’engin explosif qui était enfoui sous terre. Les victimes de l’attentat ont été évacuées vers l’hôpital de Bordj Ménaïel, dans la wilaya de Boumerdès. Cette opération de recherche, menée durant le week-end, fait suite à des informations signalant la présence d’un groupe terroriste dans les environs.» (Lire l’article ici)

A ce propos et pour sa part, le site d’information Tout sur l’Algérie précise que selon les indications fournies par une « source sécuritaire locale », « les militaires effectuaient une opération de ratissage dans la zone quand une patrouille pédestre en mission de reconnaissance a marché sur une bombe enfouie sous terre. Des islamistes armés avaient été signalés dans la région depuis quelques jours.» (Lire l’article ici)

Dans la wilaya de Bejaia, la même édition d’El Watan rapporte que « dans la nuit de mercredi à jeudi derniers, un patriote, a été blessé par la déflagration d’un engin explosif enfoui sous terre, près du village Ikjane, à moins de dix kilomètres du chef-lieu communal de Tifra, Hammam Sillal.» L’article souligne que ce fait s’est produit  « presque dans le même périmètre où a été abattu (un) présumé émir, dont les trois autres éléments de son groupe ont, pour rappel, pu prendre la fuite, avant de reparaître trois jours plus tard dans les parages.» Cet « émir », précise encore l’article a été abattu dans  la région de Tifra, à une cinquantaine de kilomètres à l’ouest de Béjaïa, le 2 novembre, au lieudit Izoughlamène. (Lire l’article ici)



Laisser un commentaire

Le parloir de l'Impératrice |
mandarines |
actionsplessisbouchard |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | KOI DE 9 ?
| CGT ICTAM de l'OPH 93
| lephotovoltaique