Outardes et gazelles : Les braconniers reviennent cette semaine

Outardes et gazelles : Les braconniers reviennent cette semaine 07_32_largeFidèle à sa ligne écologique, le Quotidien El Watan, dans son édition de ce mercredi 25 novembre 2009, annonce que « les émirs du Golfe sont de retour dans la région de Labyodh Sidi Cheikh où ils s’apprêtent à entamer la campagne de chasse à l’outarde et à la gazelle, ou ce que les habitants d’El Bayadh qualifient de campagne d’extermination de ces espèces en voie de disparition.»

Citant des sources locales, le Quotidien précise que « les princes du Qatar sillonnent tout le territoire de la région, à bord de pas moins de 100 véhicules, traquant ainsi ce qui reste des outardes offertes par les autorités algériennes aux braconniers jouissifs.»

Ces braconniers enturbannés « se sentent en terrain conquis. Ils se livrent à leur sport favori sous l’œil protecteur de la Gendarmerie nationale », selon les propos de Larbi Tahar, président du bureau d’El Bayadh de la Ligue algérienne pour la défense des droits de l’homme, rapporte El Watan.

« Les princes d’Arabie qui mettent en danger la faune dans la région des Hauts-Plateaux chassent les outardes et les gazelles avec l’autorisation des autorités algériennes. Ils s’installent dans les vastes zones steppiques du sud-ouest du pays avec armes et bagages, orientés par des guides locaux. Ces chasseurs bien particuliers sont dotés d’une extraordinaire logistique », comme témoignent les habitants de cette région.

Pourtant, souligne l’article d’El watan, « le ministère de l’Agriculture leur (aux émirs braconniers) délivre des permis de « massacrer » des espèces, contrecarrant ainsi la loi algérienne qui interdit de chasser l’outarde, décret n°509/83 du 20 août 1983, relatif à la protection des espèces animales non domestiques.»

Le journaliste d’El Watan rappelle qu’« une liste de 73 espèces a été arrêtée, dont figurent, bien évidement, la gazelle et l’outarde. Mais cela n’a pas empêché l’Etat algérien d’accorder des dérogations aux riches princes-braconniers. Il y a lieu de souligner que cette « autorisation » concerne seulement les chasseurs étrangers, notamment ceux du Golfe, Qatar, Arabie Saoudite, Emirats arabes unis. Les Algériens sont exclus de cette mesure « exceptionnelle ». Plusieurs chasseurs locaux surpris en train de capturer les gazelles, « sont punis et condamnés à des peines de prison » », selon les indications fournies par Larbi Tahar au journal.

Plus grave encore, les autorités algériennes, faisant fi des « mises en garde lancées par des associations qui militent pour la protection de la faune et de nombreux experts en matière de préservation des espèces animalières en voie de disparition », « avaient autorisé, en 2004, les investisseurs des Emirats arabes unis d’établir une réserve qui s’étend sur 400 ha dans la région de Labyodh Sidi Cheikh afin « d’en préserver les outardes et d’assurer la reproduction ». Mais selon des sources locales, c’est le contraire qui s’est produit depuis. « Les outardes sont en voie de disparition et rien n’est fait pour stopper ce massacre.» »

El Watan conclue par annoncer que le responsable local de la LADDH « a joint sa voix à celles de beaucoup d’associations locales, demandant simplement l’interdiction de la chasse aux outardes et de gazelles, car « cela porterait gravement atteinte à l’environnement et menace dangereusement la faune dans le sud du pays.» (Lire l’intégralité de l’article ICI).

Pour poursuivre la lecture sur ce sujet :

L’Algérie décidée à protéger sa faune

La chasse en violation de la loi

Des émirs du Golfe chassent l’outarde

Braconnage à Khenchela

Silence intriguant des autorités

Une loi protège 23 espèces



2 commentaires

  1. zougarhi 26 juin

    j’espere un jour ils vont cesser le masacre

  2. Abdenour 26 juin

    Bonsoir Zougarhi et oyez le bienvenu sur ce blog.

    Comme vous j’espère que le massacre va cesser un jour. Mais tant que l’Etat algérien, à travers les gouvernants, ne fait rien pour stopper ce braconnage et cette barbarie, aucun espoir pour cette pauvre faune pourtant protégée par des traités et des chartes.

    Ces énergumènes enturbannés, sadiques et portés sur les délices de la chair ne pourront jamais commettre leur massacre à Yellowstone! Vous savez pourquoi? Car aux USA, ni les autorités, ni la société civile ne l’accepteront.

    Merci pour votre visite à bientôt j’espère sur un autre sujet.

Laisser un commentaire

Le parloir de l'Impératrice |
mandarines |
actionsplessisbouchard |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | KOI DE 9 ?
| CGT ICTAM de l'OPH 93
| lephotovoltaique