Radio Kalima censurée

Communiqué du responsable du site Radio Kalima publié, le 18 mars 2010, par le site Le Matin DZ

La société Eutelsat, propriétaire du satellite Hotbird viens de nous informer qu’elle a cessé de diffuser les programmes de Radio Kalima à la demande des autorités algériennes. Après avoir bloqué notre site internet, il n’est plus accessible à partir de l’Algérie, le pouvoir vient de bloquer la diffusion des programmes par satellite.

Arguant du fait que nous ne disposons pas d’agrément, le pouvoir algérien impose son monopole d’Etat sur l’audiovisuel, en vigueur depuis 1962, aux entreprises étrangères.

Le pouvoir en Algérie intervient à l’étranger pour interdire aux Algériens d’accéder aux sites internet d’informations qui visiblement ne lui conviennent pas. Et de toute évidence, Radio Kalima, ne leur convient pas.
Au delà de notre cas, c’est la problématique de la censure qui se pose.

Comment accepter que des barbouzes, plus habiles à jouer du revolver et des ciseaux que de la plume, puissent décider de priver les algériens de l’accès à des sites d’information sur internet. Fort de leur inculture, les voila qu’ils retiennent en otage tout un peuple dans leur propre ignorance et décident de ce que les Algériens peuvent lire ou écouter.

Que craignent ils donc? Que nous ne dévoilions leurs pratiques de rapines? Que les Algériens se rendent comptent que ceux qui les gouvernent n’ont pas pour principale préoccupation les intérêts de l’Algérie mais le pillage de ses richesses?

Yahia Bounouar

A ce sujet, le Quotidien El Watan a écrit, le 22 mars 2010, ceci:

Le 18 mars, Eutelsat, le géant européen de services fixes par satellite (une flotte de 27 satellites, 3200 chaînes TV et 1100 stations de radio), a décidé de suspendre les programmes de la radio indépendante. Deux jours avant, le 16 mars, le site web de la Radio Kalima – une réplique de la radio libre tunisienne de Sihem Nasserdine – est devenu progressivement inaccessible. Censure officielle ? L’organisation non gouvernementale Reporters sans frontières (RSF) en est convaincue. Dans une déclaration diffusée sur son site web, RSF exprime ses « craintes » : « Nous craignons que cet acte de censure n’inaugure le début d’un contrôle d’Internet dans le pays. Nous demandons aux autorités algériennes de fournir des explications et d’ordonner le déblocage immédiat du site, effectué de manière arbitraire. Il ne faudrait pas que l’Algérie fasse son entrée dans la liste des pays qui censurent la Toile, sans quoi le droit à la liberté d’expression des Algériens en pâtirait. » RSF « menace » par ailleurs d’inclure l’Algérie dans la liste des Etats « ennemis d’Internet » et rappelle que la loi de juillet 2009 relative à la cybercriminalité n’est en réalité qu’une loi liberticide, prompte à légitimer la cybercensure. (Lire la suite de l’article ici).

Sur ce lien, l’article annonçant la création de Radio Kalima, première radio libre en Algérie.



Laisser un commentaire

Le parloir de l'Impératrice |
mandarines |
actionsplessisbouchard |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | KOI DE 9 ?
| CGT ICTAM de l'OPH 93
| lephotovoltaique