Femmes agressées à Hassi Messaoud: création du Collectif défense et solidarité

Femmes agressées à Hassi Messaoud: création du Collectif défense et solidarité g-laissees%20pour%20mortes

En Algérie, pays des miracles et des miraculées (le E est intentionnel!!!), il existe une espèces d’être vivants non encore sortie des âges farouches. Il est vrai que l’Etat les conforte dans leur arrièration en fuyant ses responsabilité: celles d’éduquer, former et protéger le citoyen.

Sinon, que dire lorsque l’élément le plus constitutif de la conscience citoyenne, du caractère humain, peut-on dire, celui justement de la sacralité de la dignité et du corps humain, est bafoué? Ceci d’autant plus que la victime est une femme qui travaille, vit seule et loin de sa « tribu ». Il est vrai que le drame se passe loin de la citadelle, de la tour d’Ivoire, du sanctuaire des princes. Ce drame s’est produit à Hassi Messaoud (dans le sud désertique mais pétrolifère au coeur du Sahara), en juillet 2001 et en avril 2010.

Des femmes ont été violées, violentées, traquées et pourchassées par des hordes masculines trop pressés d’expier leur propre péché par le sang  (et la chair) des femmes.  Lire ce reportage édifiant paru sur El Watan le 11 avril 2010.

Face à cette barbarie des temps modernes, les ripostes s’organisent comme elles peuvent. Dans son édition d’aujourd’hui, le même quotidien (El Watan) parle de la prochaine mise en place d’un « observatoire de veille pour alerter sur les dénis de droit ». (Lire l’article dans son intégralité ici).

Pour sa part, le site d’information en ligne Tout sur l’Algérie annonce que « quinze associations algériennes de défense des droits et libertés ont annoncé dimanche à Alger avoir créer le Collectif défense et solidarité (CDS) après de « violentes agressions » contre des femmes à Hassi Messaoud (Sud de l’Algérie). Ce collectif se veut « tout d’abord l’expression de notre solidarité à l’égard de ces femmes qui ont été lynchées, battues, volées, violentées à Hassi Messaoud », grande ville pétrolière située à quelque 800 km au sud-est d’Alger, a affirmé Chérifa Bouatta, au cours d’une conférence de presse. » (Lire l’intégralité de l’article ici).Le même journal électronique ajoute, dans un second article que « Amnesty international (AI) est « préoccupée » par l’agression de plusieurs femmes à Hassi Messaoud et a appelé l’Algérie à ouvrir une enquête pour punir les auteurs, dans une déclaration publiée dimanche par son bureau régional à Rabat. « Les autorités algériennes doivent de tout urgence prendre des mesures pour enquêter (…) et traduire en justice les responsables présumés de ces agressions contre des femmes », a indiqué l’organisation de défense des droits de l’Homme, dont le siège est à Londres. AI ajoute qu’au cours des « deux derniers mois (…) des femmes de Hassi Messaoud (une riche région pétrolière à 627 km au sud-est d’Alger, ndlr) ont été la cible d’attaques de groupes de jeunes hommes non identifiés ». » (Lire l’intégralité de l’article ici).

Un livre a été consacré à cette tragédie par Nadia Kaci, son titre est « Laissées pour mortes. » A ce sujet, lire l’excellent article de Caroline Fourest publié par Le Monde le 23 avril 2010. L’article commence ainsi: « S‘il existe un enfer pour les femmes, il est sur terre, et s’appelle Hassi Messaoud. Une ville pétrolifère du centre de l’Algérie, gardée comme un coffre-fort… Mais où l’on chasse les femmes en toute impunité. C’est devenu presque un rituel. Le jour, les hommes repèrent leurs proies. La nuit, ils mènent l’assaut en bandes, armés de couteaux, de sabres, de haches ou de barres métalliques. Ils défoncent la porte des habitations des femmes seules, les volent et violent. Sous les yeux de leurs enfants s’il le faut. Celles qui osent porter plainte sont à peine entendues par les policiers. Les autres sont menacées et se taisent (…).



2 commentaires

  1. Etoile d’un jour 11 mai

    En France, on commence à parler de ces tristes évènements qui ont lieu en Algérie. Mais pas encore assez. Y a-t-il du nouveau?
    Bises

  2. Abdenour 11 mai

    Bonjour mon amie Etoile. Bienvenue sur ces pages.

    Le nouveau, mon amie, est que les choses bougent timidement mais j’espère solidement. En Algérie, ce genre de démarche (solidarité avec les femmes victimes de violence) se heurte à des murs: complicité passive de l’Etat, misogynie ambiante, arrièration culturelle, intégrisme religieux, indifférence sociétale, excentricité géographique, tribalisme et toute sorte d’anachronismes.

    L’Algérien a perdu de sa combativité devant la répression institutionnelle. Par l’argent, le prêche et la trique, les gouvernants ont corrompu le peuple.

    Des actions de résistance se font jour ici et là mais il est encore loin de la coupe aux lèvres.

    Désolant!!!!

    Je t’embrasse ma Chère.

    PS: j’ai mis une nouvelle note sur le rassemblement devant l’ambassade d’Algérie à Paris.

Laisser un commentaire

Le parloir de l'Impératrice |
mandarines |
actionsplessisbouchard |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | KOI DE 9 ?
| CGT ICTAM de l'OPH 93
| lephotovoltaique