Relaxe des deux non-jêuneurs de Aïn El Hammam: victoire de la société civile contre l’inquisition islamiste

Relaxe des deux non-jêuneurs de Aïn El Hammam: victoire de la société civile contre l'inquisition islamiste   20101006

« Le tribunal correctionnel de la ville de Aïn El-Hammam, dans la wilaya de Tizi Ouzou, a rendu hier le verdict dans l’affaire des deux non-jeûneurs, en relaxant Hocine H. et Salem F., interpellés le 12 août dernier par des policiers, alors qu’ils se trouvaient dans un chantier privé, en les accusant d’avoir porté atteinte à l’islam », a rapporté l’AFP dans une dépêche reprise par le Quotidien Liberté dans son édition de ce mercredi 06 octobre 2010.

« A l’extérieur du tribunal hier, le jugement a été applaudi par des centaines de personnes, dont des militants de partis politiques ainsi que de nombreux citoyens venus soutenir ce qu’ils considèrent être une cause faisant partie des libertés démocratiques », souligne aussi l’AFP.

« Je suis heureux du verdict”, a déclaré M. Hocine à l’AFP. “Dès le premier jour du procès, j’avais demandé que justice soit faite. Justice a été faite”, a ajouté cet ouvrier journalier, qui a indiqué vouloir se consacrer désormais plus sereinement à sa petite fille et sa famille, tout en continuant à militer pour une plus grande liberté religieuse. Il faut savoir que le procureur avait réclamé trois ans de prison ferme. Mais “il n’y a aucun article de loi qui prévoit des poursuites pour ce cas”, avaient souligné les avocats de la défense », lit-on également. (Lire l’intégralité de la dépêche sur le site de Liberté ici)

Le Quotidien Le Soir d’Algérie a, pour sa part, indiqué que « comme lors de la tenue du procès, il y a quinze jours, moins d’un millier de citoyens anonymes parmi lesquels on pouvait remarquer des cadres d’ONG, des droits de l’homme ainsi que des militants politiques comme ceux du MAK et du RCD, représentés par certains de leurs députés et sénateurs, se sont mobilisés pour exprimer leur solidarité aux deux justiciables et dénoncer les atteintes répétées aux libertés individuelles et collectives.»

Inexistence de l’infraction

Rapportant le sentiment de Me Aït-Mimoun, un des avocats des accusés, celui-là déclare: «Je m’attendais à une telle décision, dans la mesure où les faits reprochés à mes deux clients ne relèvent d’aucun texte pénal. Par conséquent, la décision nous satisfait à plus d’un titre, justice a été rendue. Il est à signaler, à titre d’information, que le tribunal n’a pas prononcé la relaxe mais l’inexistence de l’infraction. Si le juge avait prononcé la relaxe, cela aurait voulu dire que la loi réprimant ce genre d’infraction existe et que faute de preuves, les inculpés sont relaxés.» (Lire l’article intégral sur le site du LSA ici)

Le reporter d’El Watan, quant à lui, note: « A l’extérieur du palais de justice, des centaines de personnes ont observé un rassemblement de solidarité avec les prévenus. Parmi les présents, on a remarqué le sénateur Mohamed Ikherbane et des députés du RCD, des militants du MAK, des membres du Congrès mondial amazigh et de la Ligue algérienne de défense des droits de l’homme, des représentants de la communauté chrétienne (protestants) en Algérie ainsi que d’autres militants de la cause amazighe comme Abdenour Abdeslam et Arezki About.»

Faisant écho au communiqué du collectif SOS Liberté, rendu public après ce verdict, El Watan écrit qu’il (le collectif): « prend acte du verdict qui « rétablit dans leurs droits les deux victimes de l’arbitraire » et salue « la mobilisation citoyenne qui l’a rendu possible ». Le même collectif appelle à maintenir le mouvement de solidarité pour soutenir les autres victimes de persécutions pour « délit religieux », notamment lors des procès prévus le 10 octobre à Larbâa Nath Irathen et le 8 novembre à Akbou.» (Lire l’article intégral sur le site d’El Watan)



Laisser un commentaire

Le parloir de l'Impératrice |
mandarines |
actionsplessisbouchard |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | KOI DE 9 ?
| CGT ICTAM de l'OPH 93
| lephotovoltaique