Kabylie: les huit non-jeûneurs de Béjaïa enfin relaxés

La presse algérienne de ce mardi 09 novembre 2010 a ouvert sa une sur la relaxe des huit citoyens poursuivis dans la wilaya de Béjaïa pour « pour atteinte à l’un des préceptes de l’Islam ».

Ainsi, le Quotidien El Watan annonce que ces « 8 jeunes prévenus, arrêtés le 31 août dernier dans la localité d’Ighzer Amokrane, 60 km à l’ouest de Béjaïa, ont bénéficié d’une relaxe pure et simple au terme d’un procès qui s’est tenu hier au tribunal correctionnel d’Akbou.» « C’est en vertu de l’article 144 bis 2 du code pénal qu’ils ont été poursuivis mais, selon leurs avocats, la cour, ayant constaté le défaut d’infraction et l’absence d’éléments légaux, a estimé qu’elle ne pouvait condamner des citoyens pour non-observation du jeûne, car cela relève de la conviction intime», souligne encore le reporter d’El Watan. (Lire l’article dans son intégralité sur le site d’El Watan ici)

Pour sa part, le Quotidien Liberté note qu’« une atmosphère d’euphorie a finalement caractérisé l’issue de l’affaire des non-jeûneurs d’Ighzer Amokrane dont le procès a eu lieu hier matin au tribunal correctionnel d’Akbou, qui venait de prononcer la relaxe des huit jeunes inculpés (…).»

Ce Quotidien poursuit encore: « C’est vers 11h50 que le verdict est tombé, mettant fin au suspense haletant qui plane dans une salle d’audience pleine à craquer. En effet, après les délibérations qui dureront une vingtaine de minutes, le président du tribunal correctionnel d’Akbou déclare enfin l’acquittement des huit inculpés sous un tonnerre d’acclamations. Une décision qui ne manquera pas de susciter un climat de joie parmi l’assistance. Il faut noter que le procès d’hier, qui a fait déjà couler beaucoup d’encre et de salive, a été marqué par la présence d’une foule nombreuse.» (Lire cet article dans son intégralité sur le site de Liberté ici)

Un verdict de clarification selon El Watan

Cet heureux dénouement est salué par le commentaire d’El Watan qui y voit le signe d’une clarification. Ainsi, l’éditorialiste d’El Watan note que: « Ce verdict, qui avait été salué par divers milieux comme un acte courageux, un geste… de bonne foi de la justice qui avait refusé de céder aux milieux inquisiteurs qui rêvaient d’un châtiment exemplaire, a, sans nul doute, beaucoup aidé le magistrat qui a jugé l’affaire d’hier à rendre son verdict dans le calme et la sérénité.»

Mais ce satisfaction est vite tempérée par le rappel suivant: « Entre ces deux affaires qui avaient bénéficié de la relaxe, le glaive de la justice s’était lourdement abattu sur le groupe de non-jeûneurs d’Oum El Bouaghi condamnés à 5 ans de prison ferme. Suite aux remous qu’avait suscité cette décision de la justice, à l’intérieur et à l’extérieur du pays, le juge avait été amené à réagir à travers les médias pour préciser que les condamnations avaient été requises pour le chef d’inculpation de dégradation de biens publics et non pas pour le motif religieux. Une précision qui n’avait pas convaincu beaucoup de monde.»

Pour l’éditorialiste d’El Watan, « le procès d’hier se voulait donc, à l’évidence, celui de la clarification pour trancher définitivement ce débat. Lequel débat ne s’est jamais posé, en vérité, à la société algérienne qui a toujours fait preuve de tolérance et fait appel à la libre conscience de chacun, au sens civique beaucoup plus qu’aux sentiments religieux des citoyens dans leur relation à la spiritualité.» (Retrouvez ce commentaire sur le site d’El Watan ici)



Laisser un commentaire

Le parloir de l'Impératrice |
mandarines |
actionsplessisbouchard |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | KOI DE 9 ?
| CGT ICTAM de l'OPH 93
| lephotovoltaique