Fréha: marche contre la terreur

La presse quotidienne de ce mardi 23 novembre 2010 est largement revenue sur la marche populaire organisée hier lundi à Fréha par les Ath Djennad pour dénoncer la terreur qui sévit sur la Kabylie. La dernière victime des assauts terroristes est un entrepreneur, M. Hend S. d’Ahribs, blessé lors d’une tentative de kidnapping mais qui a succombé à ses blessures. 

Ainsi, El Watan rappelle que «la localité de Fréha (30 km à l’est de Tizi-Ouzou) a connu, hier, une forte mobilisation populaire à l’appel de la cellule de crise installée pour dénoncer la détérioration de la situation sécuritaire dans la région. Le 14 novembre dernier, un faux barrage avait ciblé un entrepreneur. N’ayant pas survécu à ses blessures, Hand Slimana, 49 ans, est décédé vendredi dernier. Son cousin Omar, a été enlevé puis relâché, avant-hier, au bout de huit jours de captivité.»

Selon le reporter d’El Watan, « la marche s’est ébranlée vers 10h30 sous une pluie battante. Sur les banderoles déployées, on pouvait lire: « Non au règne de l’insécurité! »; « Halte aux kidnappings »; « Non à l’impunité ». Le fils du défunt entrepreneur, Makhlouf, a marché aux côtés du père de Omar, qui accompagnait Hand lors du rapt.»

« Dans le premier carré, on a remarqué la présence de nombreux militants du RCD, à leur tête le sénateur Ikharbane, le docteur Boudarène (député), le président de l’APW de Tizi Ouzou et ses collaborateurs ainsi que des élus locaux. La procession a entamé son itinéraire vers le siège de l’APC dans le silence. Des commerçants ont baissé rideau pour rejoindre les rangs des manifestants. Au bout du parcours, devant le portail de l’APC de Fréha, une minute de silence a été observée en hommage aux victimes du terrorisme. Les présidents des Assemblées populaires des communes de Fréha, Aghribs, Azazga, Timizart, le sénateur Ikherbane, le père de l’otage libéré et le fils du défunt se sont relayés pour une prise de parole.» (Lire l’article dans son intégralité sur le site d’El Watan)

Un défi aux kidnappeurs

Pour le Quotidien Le Soir d’Algérie, les « slogans déployés (sont) comme un cri de colère sur leurs banderoles par un peu plus de 4 000 citoyens de plusieurs communes de Tizi-Ouzou et même de Bouira, d’Alger et Béjaïa qui ont répondu à l’appel de la cellule de crise et de la coordination des villages du Arch Nath Djennad pour une marche citoyenne contre les kidnappings et l’insécurité.» « A travers une mobilisation qui s’est voulue transpartisane et solidaire, ce sont des messages et des signaux qui sont lancés : un défi destiné d’abord aux auteurs des kidnappings et, ensuite, une interpellation des pouvoirs publics et des institutions de l’Etat chargés d’assurer la sécurité des biens et des personnes et dont l’absence de réaction n’a pas été passée sous silence par les milliers de participants à la marche silencieuse qui est partie du stade communal pour aboutir devant l’esplanade de la mairie de Fréha», précise LSDA.

« Le refus de la fatalité des kidnappings, l’unité et la solidarité des citoyens de la Kabylie pour faire front contre le diktat de ceux qui veulent instaurer la peur et l’insécurité, la stigmatisation du silence et de l’absence de réaction de l’Etat face à la persistance et à la banalisation de ce phénomène qui ne cesse de prendre de l’ampleur depuis 2006 constituent le résumé des revendications qu’on peut lire sur les nombreuses banderoles déployées par les marcheurs qui affluaient de nombreuses communes mitoyennes de Fréha, comme Aïn-El-Hammam, Larbaâ-Nath-Irathen Ouadhias, Azazga, Ouaguenoun, Tizi-Ouzou et même des wilayas limitrophes comme Bouira, Béjaïa et Alger comme annoncé au mégaphone par un membre de l’organisation à bord du véhicule qui ouvre la marche, à la tête de laquelle on pouvait apercevoir les parlementaires Ikherbane et Boudarène, le P/APW M. Bellabas et son adjoint Hadibi, tous élus du RCD. Dans la marche, il y avait également les P/APC d’Aghribs, Fréha, Azazga, Larbaâ Nath-Irathen, Aït- Oumalou, Timizar… ainsi que de nombreux autres élus locaux et même une poignée de militants du mouvement de Ferhat M’henni », ajoute également LSDA qui souligne aussi que « Les orateurs, qui ont pris la parole à l’issue de la marche qui a donné lieu à un rassemblement devant l’esplanade de l’APC, ont mis l’accent sur la mobilisation et la solidarité citoyennes qu’il convient de maintenir et d’amplifier, qu’il faut élever comme un défi face aux tenants de la terreur et de l’insécurité qu’ils veulent instaurer en Kabylie. Ils n’ont pas oublié de stigmatiser le silence troublant et l’absence de réaction de l’Etat, synonyme à leurs yeux d’un laisser-faire qui ne veut pas dire son nom.» (Lire l’article dans son intégralité sur le site du Le Soir d’Algérie ici)



Laisser un commentaire

Le parloir de l'Impératrice |
mandarines |
actionsplessisbouchard |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | KOI DE 9 ?
| CGT ICTAM de l'OPH 93
| lephotovoltaique