Rescapé de la purge anti-berbèriste de 1949, Me Rachid Ali Yahya rentre en Algérie

Rescapé de la purge anti-berbèriste de 1949, Me Rachid Ali Yahya rentre en Algérie arton2649-de37f

Le quotidien Liberté, dans son édition du samedi 27 novembre 2010, a annoncé le retour au pays natal de Rachid Ali Yahia, militant berbériste après un exil volontaire de 36 ans.

« Réfugié politique en France depuis les années 70, Rachid Ali Yahya, militant bien connu de la cause amazighe et du mouvement national avant même le début de la guerre de Libération, a décidé de rompre avec son exil », précise Liberté avant de souligné: « Avocat de profession, inscrit au barreau de Paris, il foulera aujourd’hui le sol algérien à l’aéroport d’Alger où l’arrivée du vol le ramenant de Paris est prévue à 13h.»

Liberté note que Ali Yahya est (…) « rescapé d’un des épisodes noirs du mouvement national, à savoir la crise dite « berbériste » de 1949 (la crise anti-berbère pour d’autres) qui avait connu une purge contre les militants de la cause amazighe, coûtant la vie à plusieurs d’entre eux.» Revenant sur son parcours, le quotidien précise: « De son vrai nom Mohand Sid-Ali Yahya, Rachid Ali Yahya a été un membre actif de la Fédération de France et en tant que responsable du journal L’Étoile algérienne (…).» (Lire l’article dans son intégralité sur le site de Liberté ici)

Reconnaissance des acteurs du printemps berbère

Pour sa part, le site Tout sur l’Algérie annonce que « le militant Rachid Ali Yahia est rentré au pays après un exil de 36 ans. Il a été reçu à l’aéroport international Houari Boumdiene à Alger ce samedi 27 novembre par des centaines de militants de la cause amazigh. Il y avait aussi des personnalités politiques à l’image du président du RCD, Saïd Sadi, ainsi que les anciens du MCB, Saïd Khellil, Arezki Aït Larbi, Saïd Doumane » et précise également que « le grand militant et compagnon de Laïmèche Ali durant le Mouvement national est rentré au pays pour des raisons familiales, a laissé entendre Me Ali Yahia.»

TSA rappelle que cet avocat de profession est né en Kabylie en 1928 et « est le frère cadet de l’autre militant des droits de l’Homme, l’avocat Abdenour Ali Yahia. Durant les années 1940, il s’est distingué par son militantisme au sein du PPA et plus tard au sein de la Fédération de France du FLN. En 1949, il a fait partie des militants berbéristes qui ont posé la question identitaire au sein des structures du parti. Pratiquement tous ses compagnons berbéristes partisans d’une Algérie algérienne furent liquidés.»

Les activités politiques de Me Rachi Ali Yahya « contrariées par la répression du pouvoir de l’époque le poussent à l’exil. C’est en 1974 qu’il quitte l’Algérie pour aller vivre en France. Il s’inscrit au barreau de Paris jusqu’à sa retraite. Deux ans plus tard, il crée son propre parti, le Front uni pour l’Algérie algérienne (FUAA), dont certains militants étaient au sein du Mouvement culturel berbère (MCB) », conclut TSA à ce propos. (Lire l’article intégral sur le site de TSA ici)

Source de la Photo: http://www.tamazgha.fr/



Laisser un commentaire

Le parloir de l'Impératrice |
mandarines |
actionsplessisbouchard |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | KOI DE 9 ?
| CGT ICTAM de l'OPH 93
| lephotovoltaique