Le Maroc, pays où Tamazight est désormais langue officielle

Le quotidien El Watan est revenu, dans son édition de ce dimanche 17 juillet 2011, sur la consécration par le peuple marocain du Tamazight en tant que langue officielle, suite au référendum du 02 juillet dernier.

Extraits :

TAMAZIGHT EST LANGUE OFFICIELLE AU MAROC / Fin de l’apartheid linguistique

« Khmisset est une ville en liesse en ce 2 juillet 2001. Située à mi-chemin entre Rabat et Meknès, elle vibre au rythme des chants berbères. C’est une province berbère, tout comme la plupart des régions du Maroc. Il est rare d’entendre des échanges dans une autre langue que tamazight. «Ici, même les arbres parlent tamazight», murmure le chauffeur de taxi qui nous emmène vers cette terre ancestrale. Les mélodies d’Idir et de la chanteuse berbère marocaine Fatoum résonnent dans les cafés. Des drapeaux jaune, vert et bleu frappés d’un Z flottent sur les balcons. Les habitants de Khmisset célèbrent une victoire après des décennies de lutte. Une grande conquête.

La même ambiance règne, ce jour-là,un peu partout dans le royaume. Dans le Nord, à Nador, à El Hoceima, dans le Rif comme dans le Moyen Atlas, c’est la fête. La langue amazighe est désormais érigée au statut de langue officielle à la faveur de la nouvelle Constitution marocaine adoptée la veille. Après sa reconnaissance en tant que langue nationale en 2003, cette langue, dont les racines structurent l’histoire, la civilisation et la culture de l’Afrique du Nord, est gravée dans le marbre de la Constitution du Maroc. «C’est l’aboutissement d’un long combat mené par des générations de militants amazighs. Cette officialisation met un terme à un déni identitaire», lâche avec fierté Khalid, originaire de Aït Yedine et animateur du Mouvement du 20 février. Il nous invite dans un café pour «arroser» cette victoire. Mais «c’est une célébration dans la lutte», dit-il. Le combat continue. Rejoint par d’autres animateurs du Mouvement, drapés d’étendards berbères, la discussion s’enclenche sur les préparatifs de la marche du dimanche 3 juillet. «Le makhzen pense s’assurer notre silence et notre approbation en accordant à notre langue un statut officiel. C’est un droit naturel. On ne va pas renoncer au combat pour la démocratie et la dignité au Maroc», lance un autre militant d’un ton convaincant.«  (Lire le reportage dans son intégralité sur le site d’El Watan ici)

  • «C’est une grande conquête », selon RACHID RAHA, vice-président du Congrès mondial amazigh (Lire son interview intégrale ici)

  • «Cette officialisation n’est pas un cadeau du palais», selon AHMED DEGHARNI, président du parti démocrate amazigh marocain (non reconnu) (Lire son interview intégrale ici)

  • «Il est temps de mettre fin à l’apartheid linguistique en Afrique du Nord», selon MERYAM DEMNATI, chercheuse à l’Institut royal de la culture amazighe (IRCAM) (Lire son interview intégrale ici)



Laisser un commentaire

Le parloir de l'Impératrice |
mandarines |
actionsplessisbouchard |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | KOI DE 9 ?
| CGT ICTAM de l'OPH 93
| lephotovoltaique