Essais nucléaires dans le Sahara et la Polynésie: un des effets négatifs de la colonisation

Au lendemain de la célébration du cinquantenaire de l’indépendance nationale  de l’Algérie, l’actualité remet à la une des éditions le dossier épineux et douloureux des essais nucléaires français dans le Sud algérien et la Polynésie il y a plus d’un demi siècle.

« Un « lien vraisemblable » existe entre des retombées radioactives liées aux essais nucléaires français en Algérie et Polynésie et les cancers de certains militaires exposés, estime, mardi 17 juillet, dans « le Parisien » l’auteur d’expertises médicales effectuées pour la justice. Florent de Vathaire, directeur de recherche en épidémiologie à l’Inserm, explique avoir pu, « en rassemblant de nombreux éléments, (…) construire un faisceau de présomptions, qui permet de dire que le lien entre les retombées radioactives et les cancers est vraisemblable pour certains des cas expertisés« , annonce le site du Nouvel Observateur le 17 juillet 2012.

Parlant de « preuve impossible » à apporter quant au lien de causalité entre essais nucléaires et cancers, le Nouvel Obs. précise:  » Ces rapports d’expertise ont été réalisés à la demande de la juge d’instruction Anne-Marie Bellot, en charge de l’enquête ouverte à la suite de la plainte déposée fin 2003 par l’Association des victimes des essais nucléaires (Aven). Elles accréditent l’existence d’un lien probable pour 6 personnes sur les 15 qu’il a expertisées, précise Le Parisien, qui a pu consulter les documents. Mais l’expert nuance: « D’un point de vue scientifique on ne pourra jamais affirmer avec certitude telle ou telle causalité et ce pour une raison simple: ces cancers ou ces leucémies ne sont pas uniquement causés par les radiations ». Il précise qu’il souhaite également « lancer rapidement une étude globale sur les Polynésiens qui étaient âgés de moins de 5 ans à l’époque des essais », car « on sait aujourd’hui avec certitude, des études récentes le prouvent, que de faibles doses de radioactivité peuvent avoir de graves conséquences sur la thyroïde des jeunes enfants comme le déclenchement de cancers ou d’autres pathologies« .

(Lire l’article du Nouvel Obs. sur son site en intégralité ici)

A ce propos et pour sa part, le quotidien francophone Liberté notait dans son édition du 07 Juillet 2012 que  » l’explosion de la bombe atomique française du nom de Gerboise bleue, trois fois plus puissante que celle larguée par les Américains sur Hiroshima, a entraîné ce jour-là des pluies noires au Portugal… En tout, la France a procédé chez nous à 4 essais aériens et 13 autres souterrains dont le dernier en février 1966. D’autres expériences ont eu lieu clandestinement, au moins une quarantaine, sur le site de Hamoudia près de Reggane. Aujourd’hui, ces lieux sont ouverts aux quatre vents, traversés par des nomades, et les équipements enfouis sous les lieux ont réapparu au gré de l’érosion. Ils constituent de nouvelles sources de radiation importantes. Dans le Sahara, votre lourd héritage du nucléaire est toujours d’actualité. Au total, ce sont officiellement 17 expériences qui ont été effectuées par la France coloniale sur nos territoires du Sud, dont quatre explosions de bombes atomiques à la surface du sol à Reggane. La plus puissante était celle de 117/127 KT en février 1965.« 

Plus loin, Liberté précise:  » cinquante et un an après, explosions et essais nucléaires continuent à faire des victimes dans notre grand Sud algérien, parmi elles les populations juvéniles qui souffrent de deux problèmes : les conséquences de la radioactivité avec l’apparition de la leucémie depuis 1984 et dans votre indifférence totale, alors que votre responsabilité est pleinement engagée.« 

(Lire l’article de Liberté dans son intégralité sur son site ici)



Laisser un commentaire

Le parloir de l'Impératrice |
mandarines |
actionsplessisbouchard |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | KOI DE 9 ?
| CGT ICTAM de l'OPH 93
| lephotovoltaique