Neuf islamistes armés abattus par l’ANP dans la wilaya de Boumerdès

Un groupe terroriste vient d’être anéanti par les services de sécurité dans la région de Boumerdès, rapporte la presse ce week-end.

Selon le quotidien El Watan du vendredi 31 août 2012 qui cite « des sources bien informées », la subversion islamiste armée « a perdu sept de ses éléments ces dernières 48h au cours de l’opération de ratissage menée depuis lundi dernier par les forces de l’ANP dans les maquis surplombant la localité d’Ammal, à l’extrême sud de la wilaya de Boumerdès.»

Plus loin, le même quotidien annonce qu’ « un autre terroriste a été mis hors d’état de nuire dans une embuscade tendue dans la nuit de mercredi à jeudi à Aîn Hamra, dans la commune de Bordj-Menaiel ». Opération qui porte à « huit éléments de l’ex-GSPC qui ont été éliminés dans la région depuis mercredi » et qui « s’est soldée également par la récupération d’un important lors d’arme et la destruction d’une casemate non loin du lieudit Ouled Ben Lmou.» (Lire l’article d’El Watan dans son intégralité sur le site du quotidien ici)

Pour sa part, le site d’information Tout sur l’Algérie parle de « neuf terroristes tués par l’armée près de Boumerdès». Ainsi, dans un article publié sur le site de TSA et datant du 31 août 2012, il est question de « neuf terroristes (qui) ont été tués lors d’une opération menée par l’armée à Djebel Djerrah, à Beni Amrane, dans la wilaya de Boumerdès, a annoncé, ce jeudi 30 août, le ministère de la Défense nationale, dans un communiqué. Selon le communiqué cité par l’agence APS, cinq Kalachnikov, trois fusils semiautomatiques, deux fusils à pompe, deux panneaux solaires, une quantité de munitions et divers autres effets ont été récupérés à l’issue de l’opération.» (Lire l’article de TSA dans son intégralité sur son site ici)

Un arsenal de guerre récupéré

En se référant à la dépêche de l’APS publiée sur le site de cette agence officielle le 30 aout dernier et qui répercute le communiqué du ministère de la défense nationale, il est annoncé qu’« après avoir précisé que tous les éléments du groupe localisé et composé de neuf criminels ont été éliminés, le ministère a indiqué que l’opération s’est soldée également par la récupération de cinq (05) pistolets mitrailleurs automatiques de type « Kalachnikov », trois (03) fusils semi automatiques, deux (02) fusils à pompe, deux (02) panneaux solaires, une quantité de munitions et divers autres effets.»

« « Grâce à la pression permanente exercée par les forces de l’ordre sur les groupes terroristes et à l’aide des citoyens, les unités de l’Armée nationale populaire engagées dans la lutte antiterroriste ont réussi à localiser (mercredi), le 29 août 2012, un groupe terroriste composé de neuf (09) criminels au niveau de Djebel Djerrah dans la zone de Beni Amrane (wilaya de Boumerdes) et ont pu, dans un premier temps mettre hors d’état de nuire un (01) terroriste et blesser un autre et procéder au bouclage de la zone où s’est réfugié le reste des terroristes pour engager, dans la matinée du jeudi 30 août 2012, et avec toute l’efficacité requise, une opérations offensive », lit-on dans le même communiqué », conclut l’APS dans sa même dépêche. (Lire l’annonce de l’APS dans son intégralité sur son site ici)



Profanation de tombes chrétiennes à Rouiba : deux personnes arrêtées par la police

Etrange est cette histoire de profanation de sept tombes dans un cimetière chrétien à Rouiba, à l’est d’Alger. En effet, étonné que fut le lecteur que nous sommes d’apprendre ces jeudi et vendredi 23 et 24 août que « deux présumés auteurs de profanation de sept (7) tombes, au cimetière chrétien de Rouiba (est d’Alger), ont été arrêtés par les services de police judiciaire, ont annoncé jeudi les services de la Sûreté de la wilaya d’Alger dans un communiqué », tel que rapporté par l’Agence presse service (APS) dans une dépêche répercutée par nombre d’organes de presse. (Lire ici la dépêche sur le site de l’APS)

« Les nommés K. M. et M. S., âgés respectivement de 26 et 19 ans, ont été, après formalisation de la procédure judiciaire, présentés jeudi devant le procureur de la République près du tribunal de Rouiba pour les chefs d’inculpation de profanation de tombes », précise également la dépêche de l’APS.

Une information lapidaire que rapporte aussi le très sérieux site d’information Tout sur l’Algérie (TSA) dans son édition du 23 août. (Lire ici l’info sur le site TSA) mais qui, étrangement, n’a pas rapporté l’information de cette profanation elle-même. En effet, aucun quotidien n’avait, par le passé, publié une information faisant état de la « profanation de tombes dans un cimetière chrétien de Rouiba ».

En ce sens, le site du journal La Croix a raison de s’interroger sur cette affaire de profanation. Dans un article consacré à ce sujet, La Croix note : « La Sûreté ne fournit aucun autre détail sur la date des faits, leur gravité, l’identité et les motifs de leurs auteurs et comment ceux-ci ont été retrouvés.» « Le cimetière de Rouïba, un très grand cimetière chrétien de l’ère coloniale française, est plutôt en mauvais état et nombre de ses tombes dotées de décors en fer forgé ont souffert du vol de ce métal recherché. Il n’y a pas de programme de regroupement prévu pour ce cimetière qui n’est pas régulièrement entretenu, un entretien qui dépend de la mairie de Rouïba. C’est la première fois, a-t-on souligné de source diplomatique, que des profanateurs présumés de tombes chrétiennes sont ainsi arrêtés par les autorités algériennes, car les cimetières de l’époque coloniale du pays ont été de nombreuses fois profanés», écrit fort judicieusement La Croix. (Lire l’article intégral sur le site de La Croix ici)



Essais nucléaires dans le Sahara: la longue attente des victimes

Le quotidien El Watan est revenu, dans son édition du 16 août dernier, sur les essais nucléaires de Reggane, effectués à la veille de l’indépendance nationale par la France dans le grand Sahara algérien.

Affirmant dans le détail qu’ « une vingtaine d’enfants malentendants et souffrant d’une surdité profonde de la ville de Reggane, âgé de 8 à 12 ans, qui seraient des sujets atteints par l’irradiation des essais nucléaires français, qui avaient eu lieu dans la région dans les années 1960, sont toujours en attente d’être pris en charge par le ministère de la Solidarité nationale« , El Watan précise que  » le professeur Djennoui nous explique que les cellules germinales (ovaires, spermes…) sont plus réceptives aux radiations. » «Elles gardent une instabilité pendant des générations et elles sont sujettes à des mutations. C’est ce qui fait que des enfants risquent de naître avec des malformations diverses. Des recherches ont montré que des souris irradiées, leurs cellules ont muté à la première et à la deuxième générations. Il est donc clair que le problème peut perdurer des générations et des générations», a-t-il précisé avant de rappeler qu’il n’y a pas de traitement efficace contre les mutations génétiques » rapporte El Watan.

« La prévention est donc, selon lui, la solution idéale pour limiter les malformations congénitales. Il recommande alors la surveillance des grossesses en effectuant des tests tels l’amiosynthèse chez cette population. Comme il faut également, a-t-il ajouté, procéder au diagnostic précoce des déficits sensoriels », lit-on également à ce propos avant de conclure que «  cinquante  ans après ces essais, la localité continue d’enregistrer des taux de prévalence importants de cancéreux, d’hypertendus et autres malformations, mais la région ne bénéficie pas encore d’un plan spécial pour faire face à ces contaminations.«   

Dans un encadré consacré aux propos du Professeur Bouzid, chef de service d’oncologie, il est rapporté que ce médecin affirme « avoir pris en charge plusieurs cas de cancer de la tyroïde chez des enfants. S’ils ne sont pas précisément de la ville de Reggane », (…) ils sont originaires des villes limitrophes ». Le professeur Bouzid précise qu’il n’y a pas à ce jour d’étude épidémiologique  dans cette région, où l’on doit commencer avant tout à décontaminer.

« Cela doit être une exigence algérienne auprès de la France qui doit lever le secret-défense », note El Watan qui souligne que ce médecin spécialiste « regrette de voir le nombre de cas augmenter d’année en année, sachant qu’il y a eu une modification du capital génétique. Des atteintes oculaires et pulmonaires, des cas d’avortement, de mortalité, de stérilité chez les femmes et les hommes sont aussi signalés« . « Ce sont les médecins français qui avaient en charge le suivi médical de ces populations après l’indépendance et à leur départ, tous les dossiers ont disparu« , rappelle le Pr. Bouzid qui plaide « pour la restitution de ces dossiers et la mise en place d’un registre du cancer dans les régions d’Adrar, Timimoun et Tamanrasset« , selon ce qu’en rapporte El Watan. (Lire le dossier intégral sur le site d’El Watan ici)

Pour la levée du secret-défense

Dans son édition du 11 août 2012, El Watan, qui consacre un dossier au nucléaire dans le monde et à ses dangers, annonce que  » le dossier des activités nucléaires de la France dans le Sahara algérien remonte à la surface dans les débats politiques français, ces dernières semaines.

 » Une expertise française a établi l’existence d’un «lien vraisemblable» entre les essais nucléaires français et certaines maladies. Si la législation française a prévu une indemnisation des soldats français touchés par les radiations, des centaines de victimes algériennes sont restées sur le carreau. Yannick Jadot, député européen d’Europe-Ecologie Les Verts, a plaidé pour la levée du secret-défense sur les essais de Reggane et d’In Ekker« , écrit El Watan.

Il est, d’après lui, important d’ouvrir ces archives parce qu’elles contiennent les informations qui permettraient de localiser le matériel laissé sur place, les déchets radioactifs. « Des personnes vivent toujours à proximité de zones contaminées. Ouvrir ces archives serait l’occasion de tourner une nouvelle page de notre histoire avec l’Algérie (…) les victimes doivent savoir ce qui s’est passé exactement (…) Et la France a la responsabilité de dépolluer ces sites et d’assurer le suivi sanitaire des personnes touchées par les radiations. C’est son héritage, elle doit l’assumer», Lit-on également sur ce dossier. (Lire l’article intégral sur le site d’El Watan ici)



12

Le parloir de l'Impératrice |
mandarines |
actionsplessisbouchard |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | KOI DE 9 ?
| CGT ICTAM de l'OPH 93
| lephotovoltaique