Profanation de tombes chrétiennes à Rouiba : deux personnes arrêtées par la police

Etrange est cette histoire de profanation de sept tombes dans un cimetière chrétien à Rouiba, à l’est d’Alger. En effet, étonné que fut le lecteur que nous sommes d’apprendre ces jeudi et vendredi 23 et 24 août que « deux présumés auteurs de profanation de sept (7) tombes, au cimetière chrétien de Rouiba (est d’Alger), ont été arrêtés par les services de police judiciaire, ont annoncé jeudi les services de la Sûreté de la wilaya d’Alger dans un communiqué », tel que rapporté par l’Agence presse service (APS) dans une dépêche répercutée par nombre d’organes de presse. (Lire ici la dépêche sur le site de l’APS)

« Les nommés K. M. et M. S., âgés respectivement de 26 et 19 ans, ont été, après formalisation de la procédure judiciaire, présentés jeudi devant le procureur de la République près du tribunal de Rouiba pour les chefs d’inculpation de profanation de tombes », précise également la dépêche de l’APS.

Une information lapidaire que rapporte aussi le très sérieux site d’information Tout sur l’Algérie (TSA) dans son édition du 23 août. (Lire ici l’info sur le site TSA) mais qui, étrangement, n’a pas rapporté l’information de cette profanation elle-même. En effet, aucun quotidien n’avait, par le passé, publié une information faisant état de la « profanation de tombes dans un cimetière chrétien de Rouiba ».

En ce sens, le site du journal La Croix a raison de s’interroger sur cette affaire de profanation. Dans un article consacré à ce sujet, La Croix note : « La Sûreté ne fournit aucun autre détail sur la date des faits, leur gravité, l’identité et les motifs de leurs auteurs et comment ceux-ci ont été retrouvés.» « Le cimetière de Rouïba, un très grand cimetière chrétien de l’ère coloniale française, est plutôt en mauvais état et nombre de ses tombes dotées de décors en fer forgé ont souffert du vol de ce métal recherché. Il n’y a pas de programme de regroupement prévu pour ce cimetière qui n’est pas régulièrement entretenu, un entretien qui dépend de la mairie de Rouïba. C’est la première fois, a-t-on souligné de source diplomatique, que des profanateurs présumés de tombes chrétiennes sont ainsi arrêtés par les autorités algériennes, car les cimetières de l’époque coloniale du pays ont été de nombreuses fois profanés», écrit fort judicieusement La Croix. (Lire l’article intégral sur le site de La Croix ici)



Laisser un commentaire

Le parloir de l'Impératrice |
mandarines |
actionsplessisbouchard |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | KOI DE 9 ?
| CGT ICTAM de l'OPH 93
| lephotovoltaique