Officialisation de Tamazight : Benbitour veut passer par la voie référendaire !

Puf ! Que devrait-on déployer comme efforts pour faire comprendre aux gens qui nous gouvernent (qui nous ont déjà gouvernés) qu’on ne peut être pour ou contre une identité ? C’est ce que semble ne pas vouloir comprendre cet ex-premier ministre algérien, enfant légitime du système arabo-islamo-conservateur du FLN. Jugez-en !

« Animant une conférence-débat, conjointement avec le Dr Amar Belhimer, sous le thème “Crise de la classe politique en Algérie”, à l’espace Plasti du quotidien Algérie-News, à Alger, Ahmed Benbitour, a réitéré sa position vis-à-vis de l’officialisation de tamazight. L’ancien chef du gouvernement a préconisé, ainsi, la voie référendaire pour que tamazight soit une langue officielle. “Pour que tamazight soit une langue officielle, elle doit être soumise à un référendum”, a-t-il indiqué devant une assistance qui s’est vite montrée opposée farouchement à cette idée, qui pourrait, selon un militant des droits de l’Homme, créer un conflit dans le cas où les Algériens refuseraient de voter pour tamazight », rapporte le quotidien Liberté du jeudi 1er Août 2013.

« Cette position exprimée auparavant par Ahmed Benbitour, candidat aux prochaines présidentielles, sur le plateau de BRTV, avait fait réagir plusieurs militants qui ont rappelé qu’ “une identité ou un fait linguistique ne peut en aucun cas être soumis à l’appréciation des électeurs”. L’invité d’Algérie-News, qui a été souvent déstabilisé par des questions liées à son passé au gouvernement et sa position vis-à-vis de tamazight, a expliqué que cette langue doit bénéficier d’un appui pour assurer sa promotion. “Vous ne savez pas ce que vous voulez”, s’est emporté le candidat à la présidentielle de 2014, avant d’ajouter que “le caractère officiel d’une langue veut dire qu’elle sera associée à toutes les démarches administratives, juridiques ou institutionnelles de l’État”. “Cette langue ne peut pas être officielle par ordonnance”, a-t-il dit, avant de préciser qu’il est contre ce procédé, car “c’est à cause des ordonnances que j’ai démissionné du gouvernement en 2000”», lit-on également à ce propos. (Lire l’article intégral sur le site de Liberté ici)

Quelle mouche l’a-t-il piqué, est-on tenté de dire à la lecture de ces déclarations pour le moins incongrues pour un éminent intellectuel, Mozabite de surcroît ! (Lire une présentation sommaire de cette ethnie berbère sur le site de Wikipedia ici)

Ainsi, le site Algérie-Express nous offre un commentaire pertinent relatif à cette option référendaire de Benbitour : « cela (Les déclarations) n’a pas été du goût d’une assistance, visiblement lassée de l’entendre, pour une énième fois, répéter dans une même et immuable formule le constat d’échec de la gouvernance en Algérie. Aussi le lui a-t-elle signifié, parfois de manière crue. Les uns lui reprochèrent de vouloir bâtir une carrière d’opposant sur un seul acte, celui d’avoir démissionné du gouvernement, alors qu’il a toujours servi le système auparavant. D’autres le cinglèrent d’une estocade à propos de sa fameuse proposition de soumettre l’officialisation de la langue amazighe à référendum.»

Le commentateur d’Algérie-Express précise encore : « Face à ses contradicteurs du jour, Ahmed Benbitour perdra son sang- froid. « il faut apprendre à parler avant de poser des questions », rétorqua-t-il à un militant des droits de l’homme qui lui rappela que, quand il était de l’autre côté de la barrière, il faisait l’éloge du système qu’il qualifie aujourd’hui de corrompu.  Ce même militant des droits de l’homme lui signifia aussi qu’il était dans les rouages du pouvoir quand les partis politiques étaient cibles du système et du terrorisme. Sa soirée était gâchée. Sa sortie fut un ratage.» (Lire l’article intégral sur le site d’Algérie-Express ici)



Laisser un commentaire

Le parloir de l'Impératrice |
mandarines |
actionsplessisbouchard |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | KOI DE 9 ?
| CGT ICTAM de l'OPH 93
| lephotovoltaique