Le fennec mordant du mois de février 2014

(http://lefennecmordant.com/LFM-02/vue-surlamare.html)

Peugeot rappelle sa 301, Le Chiffre d’Affaires présente sa 404 !

Ce fut sur tous les sites d’information : Peugeot bat le rappel de ses 301. Mais on ne sait toujours pas si la marque au Lion veut réparer ou améliorer son modèle Low-cost.  Une chose est sûre : on Le fennec mordant du mois de février 2014 la-404nous mène en bateau et aucun média n’arrive à nous éclairer à ce sujet. Ni chiffres des unités visées, ni calendrier des rappels, ni nature du « truc » visé. Rien. Que des supputations, desconjectures et des « croit-on savoir » et autres « indique-t-on.»
Pour en savoir plus, le plus simple était d’interroger Google. On se dit que la référence de l’info« rappel, peugot 301 » vers le site du Chiffre d’affaires (un quotidien algérien de l’économie et des finances, ça ne s’invente pas) est à même de nous dépanner. (http://www.lechiffredaffaires.com).
Sauf que, après le clic, le visiteur tombe sur le fameux chiffre « 404 » (rien à voir avec le modèle de Peugeot qui, cette fois-ci, bat tous les records de longévité et égayant encore nos campagnes). Le même site indique la nouvelle plateforme avec le domaine (.net et non plus .com). Or, une fois sur cette nouvelle URL, pas de trace de l’affaire « Peugeot 301 ».

article-en-cache
Heureusement qu’il y a le cache de Google qui, comme son nom ne l’indique pas, évite que des infos publiées soient cachées a postériori (http://:www.lechiffredaffaires.com/index.php/focus/rappelees-par-peugeot-algerie)
On y lit « Peugeot Algérie a rappelé des véhicules de marque 301 en raison d’un défaut de fabrication, a-t-on indiqué auprès de clients du constructeur français. Ce dernier a confirmé cette information, sans pour autant donner de précisions sur le nombre de véhicules concernés.
chiffredaffaireSelon des informations recueillies par des confrères, le défaut concerne la poulie de l’arbre à came, dont la défaillance risque de détériorer les soupapes, avec de graves séquelles sur tout le moteur.
Peugeot Algérie a contacté les propriétaires de ces véhicules, leur recommandant de ne pas les utiliser en attendant qu’ils soient invités à une révision dans les ateliers de l’entreprise.
Cependant, l’entreprise n’offre toutefois aucune solution d’attente à ses clients. »
Résumons-nous donc : Peugeot tente de nous cacher ce qui cloche dans sa 301, le Chiffre d’affaires nous prend pour des cloches et cache une info que tout le monde s’arrache pendant que le client s’arrache les ongles et le lecteur entend sonner le glas de la vérité.

separatorseparator

Une dépêche de l’APS reprise par Liberté
Un « Copier-coller » presque parfait

En journalisme, comme en toute œuvre de création, la chose doit être signée et ses sources identifiées. Ainsi, la production journalistique devient singulière, inaliénable et intangible par autrui au nom de la propriété intellectuelle.
Tout manquement à ce commandement majeur expose son auteur au soupçon fort peu glorieux de plagiat par le lectorat, sinon de légèreté et de manque de professionnalisme. Mais, reconnaissant-le ! Avec l’irruption des médias sociaux et du web, la déontologie est loin d’être le débat qui secoue et anime les rédactions et les capitaineries de nos canards nationaux qui pataugent et caquettent dans la mare médiatique algérienne. Le journalisme de bureau est pratiqué par le recours aux moteurs de recherche, au copier-coller, lorsque ce ne sont pas des procédés moins avouables comme l’interview fictive, la complaisance, la dissimulation d’informations, la quête du sensationnalisme, etc. Des maladies infantiles du journalisme contemporain qui relève même, par certains aspects, de l’art de l’enfumage.
Ce fut le cas, fin du mois de janvier 2014, lorsqu’a été rendue publique la position officielle algérienne à l’occasion de l’adoption de l’Assemblée constituante tunisienne de la première constitution post-révolution.
Ainsi, en comparant un article de quotidien Liberté (publié le 28 janvier 2014) à une dépêche de l’Algérie presse service (datant du 27 janvier 2014), il a été loisible de remarquer la similitude intégrale et parfaite entre les deux papiers. Ce qui ne devait pas poser problème, a priori, puisque le premier est client du second. Donc, le quotidien Liberté, par accord commercial certainement, disposerait du droit de publier in extenso, en extraits ou par simple citation et reprise, les publications mise en ligne de l’APS. C’est ce qui s’appelle être  abonné au fil de l’APS.
Oui, en principe. Mais, car il y a un mais qui fait toute la différence entre le travail honnête et l’usurpation du fruit du labeur d’autrui : Liberté aurait dû signer par le sigle l’APS l’article repris depuis le fil de l’agence officielle et rendre ainsi à César ce qui appartient à César. Mais ce qui fut fait n’était pas ce qui devait être fait. Le papier de LIBERTE était signé « R.I./Agences. » Une signature sur laquelle il y a lieu de s’attarder.
« R.I./Agences » veut dire « rédaction internationale / Agences ». Ce qui, en décodé, veut dire qu’un (ou plusieurs, c’est selon) rédacteur de presse prétendument appartenant à la Rubrique internationale du quotidien Liberté a dû travailler sur des dépêches d’agences (et le S n’est pas de trop !) en les compulsant, synthétisant, réécrivant et/ou s’en inspirant. Ce qui, dans le jargon journalistique, est appelé « bâtonner » des dépêches d’agences. Souvent, il ne s’agit que de synthétiser plusieurs dépêches traitant d’un même fait.
Une simple analogie entre les deux œuvres montre clairement qu’hormis l’exergue de la dépêche de l’APS, qui a été intégré au premier paragraphe du papier de Liberté, rien, absolument rien, n’a été modifié. D’où l’incompréhension du lecteur. Les deux publications ont le même titre et, hormis la mention « Alger » de l’APS et celle de «Par : R. I. /Agences » de Liberté, elles ont aussi les mêmes statistiques à trois caractères blancs (espace vide) près.
Alors, applaudissons tous le génial et créatif procédé du copier-coller sans lequel un journaliste au moins n’aurait pas fait « son » travail.

http://www.aps.dz/L-Algerie-salue-l-adoption-de-la.html

aps1

http://www.liberte-algerie.com/actualite/l-algerie-salue-l-adoption-de-la-nouvelle-constitution-tunisienne-214726

aps2

Abdenour BOUHIREB (Le fennec mordant)



L’APN zappe les martyrs du FFS de 1963

L'APN zappe les martyrs du FFS de 1963 logo_ffs3

Front des forces socialistes

Le site Tout sur l’Algérie annonce, dans sa livraison du 12 février 2014, que « le bureau de l’Assemblée populaire nationale (APN) a rejeté le projet de loi introduit par le FFS relatif à la réhabilitation des victimes de 1963 et de 1965, indique ce mercredi un communiqué du parti. » Selon TSA, « (…) le Premier secrétaire du parti, Ahmed Bettatache, devrait répondre probablement à cette question lors de la conférence de presse qu’il entend organiser vendredi prochain au siège du parti. » A ce propos, TSA précise aussi:  » Introduit fin septembre dernier, le projet de loi vise à indemniser ces victimes des événements qu’a vécus l’Algérie entre le 29 septembre 1963 et le 16 juin 1965 et leur restituer leurs biens expropriés à l’époque. Le but de la proposition est, selon le FFS, de « définir les principes et règles qui réhabilitent » ces victimes.«  (Lire l’article intégral sur le site de TSA ici.)

Sur le site du Front des forces socialistes, un communiqué est publié, dont voici la teneur:

Communiqué de presse

Le bureau de l’Assemblée populaire nationale (APN) a rejeté  la proposition de loi déposée par le groupe parlementaire du Front des Forces Socialistes (FFS) concernant la réhabilitation des victimes de 63-65.

Le Premier secrétaire du parti animera un point de presse le vendredi, 14 février 2014 à 10h30 au siège national du parti, dans lequel il apportera plus de détails concernant cette question.

Le Secrétaire national à l’information

Youcef Aouchiche 



Le parloir de l'Impératrice |
mandarines |
actionsplessisbouchard |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | KOI DE 9 ?
| CGT ICTAM de l'OPH 93
| lephotovoltaique