LF 2017 : la mort en 3D

Ah, cette nouvelle Loi de Finances 2017 ! Heureusement qu’elle est là. Nos représentants contre notre plein gré, dans leur infinie « sagesse » ont pensé à nous et à nos mensurations, lorsqu’il s’agissait de relever la patte pour dire « na ham ham».

Cessons de voir tout en noir, même si vous risquez bientôt qu’on vienne frapper à votre porte en courant pour vous couper votre compteur électrique, la main sur la cisaille, faute d’avoir payé vos factures. Il est urgent de ne pas céder aux sirènes des ambulances évacuant nos espoirs accidentés ou les cadavres de nos rêves suicidés.

En tout cas, Bururu, habitué à veiller la nuit pendant que les autres oiseaux roupillent comme des loirs, pense qu’à chaque chose malheur et bon. C’est vrai. A bien y voir, moins d’argent veut dire moins de tentations, et donc peu de consommations et moins de caries, de graisse, d’hyperglycémie et donc de volume, de surcharge pondérale et d’embonpoint.

Laissons la démesure aux pachydermes d’en haut et rejoignons le règne de l’infinitésimal en priant les jours fériés qu’ils ne nous tombent pas sur le corps. Au risque de créer un autre mode d’impression plus vrai que nature. Enfin, Bururu reparlera de l’impression dans un prochain hululement sur cet espace pour la communauté des volailles.

Et si malgré cela, vous vous entêtés à passer de l’autre côté du miroir pour y nourrir les asticots, sachez au moins que moins on est gros, plus on est petit (quelle tautologie de simplet !!!) et moins on occupera de l’espace après sa mort. Simple logique bio-géométrique. Et plus nombreux nous serons à dormir du sommeil du juste trépas, alignés comme des courgettes sur les étals d’un commerçant non gréviste. Nos cimetières seront si beaux à voir, avec des allées de petites tombes fleuries. Ah quelles cartes post-mortem cela fera. De quoi faire sourire le plus obtus des fossoyeurs édentés.

Oui, comme dirait le poète, « si la satiété te rend oiseux, la faim éveillera ta conscience ! » Elle embellira la personnalité de l’Algérien lambda bien mieux que les révolutions agraire, industrielle et culturelle réunies sous le même burnous moustachu. Une métamorphose dans les trois dimensions euclidiennes (au risque que les baathistes y trouvent encore une légère mais suspecte filiation gréco-romaine).

Avoir faim c’est gagner une longueur d’avance (assuré de mourir avant terme), une hauteur de vue (puisqu’on admirera béatement la terre depuis les cieux), une largeur d’esprit (se résigner à voir son héritage dépecé par les ayants-droits et voire plus dans le cas de l’épouse si affinité horizontale). Un essor en 3D tel un parallélépipède funèbre.

Tout compte fait (même si votre solde sera négatif sous peu), elle n’est pas merveilleuse cette faim promise ? Assurément ! Petite tombe, grande destinée … Merci qui ? Merci LF 2017.

Abdenour BOUHIREB



12

Le parloir de l'Impératrice |
mandarines |
actionsplessisbouchard |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | KOI DE 9 ?
| CGT ICTAM de l'OPH 93
| lephotovoltaique