Le connard à enchainer

Bururu s’est piqué d’une idée, en se réveillant aujourd’hui à midi, qui risque de faire des dégâts dans la jungle qui nous sert de biotope ! Faire du journalisme, rien que ça.

Pourquoi faire ? Ce sera la question la plus évidente à poser pour ceux qui se préparent dans l’ombre d’un taillis à tuer dans l’œuf d’un reptile ce projet ovipare. L’art de l’embuscade oratoire dans sa splendeur la plus laide.

Ben, c’est pour écrire des articles et dénoncer plein de crapules. Car Bururu en a marre d’attendre que la nature paresseuse apporte un semblant d’humanité dans cette faune qui s’appelle Société.

Ce qu’il redoute le plus, Bururu agi nagh, c’est d’avoir à écrire des milliers de papiers et épuiser davantage le climat par le nombre de feuilles de choux qu’il aura à utiliser sans que cela n’ait d’impact sur la connerie. Car comme aurait dit Einstein, « Deux choses sont infinies : l’Univers et la bêtise humaine. Mais, en ce qui concerne l’Univers, je n’en ai pas encore acquis la certitude absolue. » Voilà, que l’on se tienne pour dit.

Notre oiseau insomniaque voit d’ici le titre de son canard boiteux : « Le connard à enchainer ! ». Tout un programme. Il nous faut, donc, un connard et ce n’est pas ce qui manque dans les parages. Il suffit de tendre la main et vous avez une chance sur deux de vous la faire mordre par les zawahif qui pullulent dans le marais local.

Puis, on aura besoin d’une chaine, non pas de celles qui occupent les créneaux hertziens de nos satellites ou la bande passante de vos connexions surveillées. Non. C’est cette chaine qui est aussi grosse que celle d’un supertanker géant fabriqué dans Marsa El Kebir au temps de la Régence. Oui, car un connard ça n’aime pas vivre en captivité. Ça aime s’agiter et batifoler dans tous les sens pour épandre sa savoureuse connerie sur les étendues fertiles de la nature, comme en étend de la confiture pourrie sur un tartine au réveil un matin pluvieux et par jour de gueule de bois.

Et enfin, il nous faut des petites mains qui ne rechignent pas à la besogne, surtout la plus sale. Il s’agit de prendre délicatement la chaine, la poser avec douceur et doigté sur le corps du connard et finir par des petites ligatures et entrecroisements dignes d’un cordelier qui se coiffe et s’équipe pour aller au combat contre les Sarrasins à la conquête de l’Andalousie alors ces derniers n’étaient même pas foutus de défendre notre chère Numidie. Ahia Din qessam !

Il faut noter, à ce niveau de l’algorithme, que les candidats doivent faire montre d’une passion et d’une foi à l’œuvre car le résultat doit être à la hauteur du cœur mis à l’ouvrage. Bien plus, parmi les connards à enchainer, s’en trouveraient des illuminés, des fêlés ayant survécu au Crétacé supérieur, des faux-prophètes, des méchants sans raison, des psychopathes, des gaffeurs en série, des hybrides qui s’ignorent(moitié cons, moitié cons), des médaillés olympiques champions de la persécution des femmes et des minorités en tout genre, des génies au service du Mâle dominant, des géniteurs irresponsables, des nombrilistes si auto-centrés qu’on les prendrait pour des marsupiaux, des langues de vipères mal orthographiées et ça n’a rien à voir avec l’informatisation de l’état si vil qu’il faut s’en débarrasser avec l’eau du bain, des faux témoins de ce qu’ils n’ont jamais vu, des ramasseurs de balles explosives en temps d’émeutes kabyles pour les dérober à la justice divine, des crapules ayant fait déjà l’objet d’une précédente chronique, des erreurs de l’histoire de l’évolution que seule l’uchronie peut corriger, et enfin tous ceux qui sont si cons qu’ils trouveront le moyen d’adhérer à ce listing croyant à une distribution caritative de la soupe originelle.

Bien entendu, le journal dont il est question sur ces lignes n’a rien à voir avec la vie réelle et toutes ressemblances n’en est que le fruit pourri de vos esprits mal tournés.

Ah, une dernière chose avant le bouclage : L’équipe de rédaction se limitera à Bururu Himself, seul rédacteur, secrétaire, correcteur, responsable de l’édition, monteur, distributeur, lecteur et surtout entremetteur du PDG et colporteur des bruits de couloirs. Tous les droits d’auteurs, voisins, cousins et apparentés sont réservés au seul fondateur patenté des conneries que le lecteur est en train de lire maintenant et qui le force à sourire pour une telle arnaque éditoriale.

Bonne lecture !!!

Abdenour BOUHIREB



Laisser un commentaire

Le parloir de l'Impératrice |
mandarines |
actionsplessisbouchard |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | KOI DE 9 ?
| CGT ICTAM de l'OPH 93
| lephotovoltaique