Grippe H1N1: un douzième décès en Algérie

Grippe H1N1: un douzième décès en Algérie grippe-porcine-informationElle fait la Une de tous les organes de presse algérienne, ce lundi 7 décembre 2009. La grippe H1N1 se propage et gagne du terrain chaque jour en Algérie, alimentant toutes les peurs et les appréhensions.

Dans un reportage publié par El Watan, sur cette pandémie dans la wilaya de Tizi Ouzou, l’atmosphère décrite est en termes alarmants. « Service prévention de la direction de la santé, hier à 15h. Une ambiance fébrile règne dans les bureaux. Le téléphone portable du médecin-chef n’arrête pas de sonner. Au bout du fil, un responsable au niveau du ministère de tutelle s’informant sur l’évolution de la grippe A dans la wilaya de Tizi Ouzou. Une autre voix s’inquiète de la fermeture, depuis 18 jours, d’une école privée basée au chef-lieu de wilaya, suite à la contamination de 17 élèves par le virus H1N1 », écrit le reporter d’El Watan.

« Depuis l’apparition des premiers cas de grippe porcine dans la région, les autorités sanitaires locales sont sur le qui-vive. Le nombre cumulé de cas confirmés, enregistrés à la date du 6 décembre, s’élève à 31, dont 17 en milieu scolaire. Quinze autres personnes sont en observation au service des maladies infectieuses du CHU Nedir Mohamed, en attendant les résultats des analyses en cours au laboratoire de référence de la grippe de l’Institut Pasteur d’Algérie », annonce El Watan avant de souligner : « C’est dire que la menace est réelle.»

Et au journal de s’interroger : « Que prévoit le dispositif national de prévention mis en place par les pouvoirs publics pour éviter la propagation de l’épidémie, notamment dans les milieux à risque tels que les établissements scolaires ? » Réponse d’un responsable du service prévention de la direction de la santé et de la population (DSP) : « La situation est stable. Néanmoins, nous avons ouvert cinq services de référence au CHU de Tizi Ouzou, à Draâ El Mizan, à Azazga, à Boghni et à Aïn El Hammam pour parer à toute éventualité. Le Tamiflu est disponible.» (Lire l’intégralité de l’Article ICI).

Au niveau national, le site d’information Tout sur l’Algérie annonce, dans sa mise à jour du 06 décembre 2009 que « la grippe porcine continue de faire des victimes en Algérie. Le ministre de la Santé, Said Barkat, a dévoilé, dimanche 6 décembre, un nouveau bilan de 12 morts dus à la grippe A/H1N1. Le précédent bilan, donné vendredi dernier, faisait état de huit morts. M. Barkat a ajouté que le nombre de cas de grippe porcine confirmés en Algérie a atteint 370 personnes.»

« Said Barkat a rassuré que le gouvernement a mobilisé d’importants moyens pour lutter contre la propagation de cette grippe. L’Algérie doit recevoir cette semaine 900.000 doses sur un quota de 20 millions de vaccins commandés », souligne encore TSA. (Lire l’intégralité de l’Article ICI).

A ce propos et selon El Watan, « le ministre, qui était hier en visite de travail et d’inspection dans la wilaya de Annaba, n’a pas daigné s’étaler sur les détails concernant ces 4 nouveaux décès.» Said Barkat a indiqué, rapporte le même journal, que : « Le nombre des personnes atteintes par cette contagieuse pathologie virale est actuellement 370 cas répartis sur 27 wilayas.» « Le premier responsable du secteur de la santé a annoncé que « notre pays se verra livrer, aujourd’hui lundi, 20 000 unités représentant le premier contingent de vaccin sur une commande s’élevant à 20 millions de doses échelonnées sur 4 mois. La campagne de vaccination sera entamée dès la réception de ce premier lot de vaccin », précise encore le correspondant d’El Watan ayant assuré la couverture de la visite du ministre de la Santé dans l’Est du pays. « 100 000 masques de haute protection sont actuellement mis à la disposition de l’ensemble des structures de référence de proximité mis en place à travers tout le territoire national », a ajouté ce même responsable. (Lire l’intégralité de l’Article ICI).



Haute Kabylie : deux islamistes armés abattus

« Deux islamistes armés ont été abattus et un troisième blessé aujourd’hui mercredi 02 décembre peu après 13 heures à Igoufaf dans les maquis de la localité d’Ait Yahia, située à une cinquantaine de kilomètres au sud est de la wilaya de Tizi Ouzou », a rapporté le site d’information Tout sur l’Algérie dans une mise sa jour du mercredi 02 décembre 2009, en citant des « sources sécuritaires locales ».

Selon TSA, « deux  armes de type Kalachnikov ont été récupérées par les forces de sécurité à la suite de cette opération. Selon nos informations les islamistes armés sont tombés dans une embuscade tendue par les membres des forces de sécurité stationnées dans la région de Ain El Hammam.» (Lire l’intégralité de l’article ICI).

A ce propos, le Quotidien El Watan de ce jeudi 3 décembre 2009, précise que l’opération anti-terroriste a eu pour théâtre « près du village de Tagnit, à 7 km du chef-lieu de la commune d’Aït Yahia, dans la daïra de Aïn El Hammam.» (Lire l’intégralité de l’article ICI).

Le Quotidien Liberté annonce, pour sa part, dans sa livraison de ce jeudi 3 décembre 2009 en citant « des sources sécuritaires », que « les deux islamistes armés, faisant partie de l’important groupe activant entre Mekla, Aïn El-Hammam et Ouacifs, ont été abattus au cours d’une embuscade tendue par les militaires qui se sont déjà déployés en nombre important depuis plusieurs mois dans cette région réputée être des plus sensibles au plan sécuritaire.» « Les deux corps des sanguinaires ont été acheminés vers la morgue du CHU Nedir-Mohamed pour identification », conclut Liberté. (Lire l’intégralité de l’article ICI).



« Tamazight Di Lakul » de moins en moins !!!

« Tamazight Di Lakul » de moins en moins !!! L’enseignement de Tamazight en Algérie, régresse ! Ceci n’est pas le jugement d’un militant berbère irréductible, mais l’avis « pondéré » de Pr. Abderrezak Dourari, directeur du centre national pédagogique et linguistique pour l’enseignement de tamazight.

Cette « sentence » a été assénée dans le bulletin du CNPLET, et dont le Quotidien El Watan en a fait écho dans son édition de ce mardi 1er décembre 2009. (Lire l’intégralité de l’article ICI).

Ainsi, dans ce bulletin dont la vocation est de « recueillir les débats scientifiques et culturels sur les questions relatives à tamazight et les langues en Algérie», le professeur du CNPLET note : «Dépourvue d’une institution spécialisée chargée de l’étude et de la gestion du plurilinguisme, la société algérienne consacre l’éclatement institutionnel du champ linguistique dans le pays (académie de la langue arabe, Conseil supérieur de la langue arabe, Haut-Commissariat à l’amazighité, CNPLET…) et ses élites n’ont pas de support médiatique à caractère scientifique capable de véhiculer et de rendre visible leur vision des choses à l’exception de la presse privée – média peu commode».

Présentant le sommaire de cette publication, le directeur du CNPLET annonce : « Au menu, le compte rendu de diverses réunions techniques, séminaires et colloques. On retiendra particulièrement la synthèse d’une étude consacrée au  » profil des enseignants de tamazight dans les wilayas de Béjaïa, Bouira, Boumerdès et Tizi Ouzou.»

Puis arrive le couperet du CNPLET à propos de la régression de l’enseignement de tamazight en Algérie : «Lorsqu’on évoque la question de l’enseignement de tamazight du point de vue quantitatif, on remarque que le nombre d’apprenants et d’enseignants n’a pas connu une grande évolution. On parle même de régression dans certaines régions quand il ne s’agit pas carrément d’absence totale dans d’autres (…) Il faut souligner que dans certaines d’entre elles, l’intérêt suscité à l’égard de cet enseignement au début a diminué et après un temps assez court, il s’est éteint entièrement. C’est le cas des wilayas d’El Bayadh, de Ghardaïa, d’Oum El Bouaghi, d’Illizi, de Tipaza et d’Oran», indique cette étude.»

Ainsi, Le quotidien El Watan rapporte que « selon des statistiques citées dans le même document (le bulletin du CNPLET) et émanant du ministère de l’Education nationale, l’on apprend qu’en termes d’encadrement, la wilaya de Tizi Ouzou dispose de 238 enseignants, Béjaïa de 152 profs en tamazight, Bouira de 107 contre seulement 11 pour la wilaya de Boumerdès. Pour ce qui est de la nature des supports pédagogiques utilisés, il ressort de cette étude que la majorité des enseignants n’a pour tout manuel que «Tajerrumt n’tmazight » (grammaire tamazight) de Mouloud Mammeri et «Tira n’tmazight» (manuel d’orthographe) de Ramdane Achab. Il faut toutefois préciser, d’après la même étude, que les enseignants disposent depuis 2003, et pour la première fois, d’un manuel officiel d’enseignement de tamazight.»

El Watan Rappelle aussi que le CNPLET a été créé le 2 décembre 2003 avec pour mission principale, celle de « penser la politique pédagogique d’enseignement de la langue amazighe dans les établissements scolaires, d’élaborer des programmes à cet effet et d’initier des recherches linguistiques sur tamazight.»



1...7172737475...79

Le parloir de l'Impératrice |
mandarines |
actionsplessisbouchard |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | KOI DE 9 ?
| CGT ICTAM de l'OPH 93
| lephotovoltaique